Recommander cet article

*
*
*
 

David, quel bilan tirez-vous de votre année 2020 sur le marché français ?

De manière générale, 2020 fut une année contrastée pour l’assurance vie luxembourgeoise. La pandémie a présenté un très grand défi opérationnel pour tous les secteurs, y compris le nôtre. Naturellement, au Luxembourg, les compagnies d’assurance ont constaté un ralentissement de la collecte. Mais, les offres en unités de compte se sont clairement distinguées en 2020, confirmant ainsi la tendance entamée en 2019. Chez Lombard International Assurance, cela représente 100% de notre offre et le marché français tire clairement son épingle du jeu : nous terminons 2020 avec une croissance de +50% en termes de nouvelles primes collectées. C’est un record historique pour le marché français.

Les demandes de vos partenaires et clients ont-elles changé durant cette année particulière ?

Dans un monde de plus en plus incertain, ce que nous avons essentiellement ressenti c’est une prise de conscience de l’importance de la planification patrimoniale. Ai-je bien pris toutes les dispositions nécessaires en matière de succession ? Mes actifs sont-ils suffisamment diversifiés, protégés et leur transmission assurée ? Ce sont des questions récurrentes auxquelles nous sommes capables d’offrir une réponse tangible. Je pense par exemple à la forte demande en matière de classes d’actifs comme le private equity et l’immobilier, ou encore pour les produits structurés, afin de diversifier et décorréler ses portefeuilles. L’assurance vie luxembourgeoise offre cette flexibilité d’investissement. Mais au-delà de l’offre en tant que telle, c’est aussi et surtout la question de son accessibilité qui est primordiale. Et sur ce point, notre plateforme de services digitale Connect a joué un rôle primordial.

Quels moyens avez-vous mis en place pour continuer d’accompagner vos partenaires en 2020

Tout s’est axé autour de la disponibilité et du service justement. Nous avons mis en place en un temps record la continuité du service, avec d’une part nos équipes opérationnelles et commerciales entièrement dédiées à maintenir le contact avec nos partenaires ; et d’autre part avec Connect, notre plateforme de services digitale, qui a permis un parcours de souscription 100% dématérialisé et sécurisé par la signature électronique. Déjà disponible depuis juin 2019, la quasi-totalité de nos partenaires français l’utilise aujourd’hui. En janvier 2020, 36% des nouveaux contrats étaient souscrits de manière totalement digitale. Ce chiffre a atteint 89% en juin. Nous visons 100% en 2021.

Quels seront vos points d’attention majeurs en 2021 ?

Notre priorité reste encore et toujours d’améliorer notre offre de services et de poursuivre notre transformation digitale. Notre plateforme Connect va donc naturellement continuer d’évoluer en 2021, avec toujours plus de services disponibles, de la souscription au rachat en passant par les arbitrages. Nous allons également multiplier les sessions de formation spécifiques auprès de nos partenaires. Je pense au sujet du FAS par exemple, mais aussi au contrat de capitalisation luxembourgeois. Notre enjeu majeur pour cette année est de poursuivre notre mission de standardiser, rendre accessible le sur-mesure du contrat luxembourgeois. Pour cela, la proximité et l’interprofessionnalité sont essentielles. Le digital est un accélérateur puissant pour l’assurance vie luxembourgeoise, mais l’expertise humaine restera pour longtemps encore au centre de notre offre.